Région Normandie : géographie, histoire, économie, cartes de la région Normandie

La Normandie

Localisation de la région Normandie

La Normandie est la plus septentrionale des 18 régions de France, ce qui correspond à peu près au duché historique de Normandie.

La Normandie est divisée en cinq départements administratifs : Calvados, Eure, Manche, Orne et Seine-Maritime. Elle couvre 30 627 kilomètres carrés, soit environ 5 % du territoire de la France métropolitaine. Sa population de 3 322 757 habitants représente environ 5 % de la population française. Les habitants de la Normandie sont connus sous le nom de Normands, et la région est la patrie historique de la langue normande. Les régions voisines sont les Hauts-de-France et l'Île-de-France à l'est, le Centre-Val de Loire au sud-est, les Pays de la Loire au sud et la Bretagne au sud-ouest. La capitale est Rouen.

La région historique de Normandie comprenait la région actuelle de Normandie, ainsi que de petites zones faisant maintenant partie des départements de la Mayenne et de la Sarthe. Les îles Anglo-Normandes font également partie de la Normandie historique ; elles couvrent 194 km² et comprennent deux bailliages : Guernesey et Jersey, qui sont des dépendances de la Couronne britannique sur lesquelles la reine Elizabeth II règne en tant que Duc de Normandie.

Le nom de la Normandie vient du peuplement du territoire par des Vikings ("hommes du Nord") principalement danois et norvégiens à partir du 9e siècle, et confirmé par un traité au 10e siècle entre le roi Charles III de France et la jarre viking Rollo. Pendant les quatre cents ans qui ont suivi la conquête de l'Angleterre par les Normands en 1066, la Normandie et l'Angleterre ont été liées par le règne d'une même personne, à la fois Duc de Normandie et Roi d'Angleterre. 

Histoire

Les découvertes archéologiques, comme les peintures rupestres, prouvent que des hommes étaient présents dans la région à l'époque préhistorique.

Les Celtes (également appelés Belges et Gaulois) ont envahi la Normandie par vagues successives du IVe au IIIe siècle avant J.-C. Lorsque Jules César a envahi la Gaule, neuf tribus celtiques différentes vivaient en Normandie. La romanisation de la Normandie a été réalisée par les méthodes habituelles : les voies romaines et une politique d'urbanisation. Les classiques connaissent de nombreuses villas gallo-romaines en Normandie.

À la fin du IIIe siècle, des raids barbares ont dévasté la Normandie. Les établissements côtiers ont été pillés par des pirates saxons. C'est également à cette époque que le christianisme a commencé à pénétrer dans la région. En 406, des tribus germaniques ont commencé à envahir la région par l'est, tandis que les Saxons ont soumis la côte normande. Dès 487, la région située entre la Somme et la Loire est passée sous le contrôle du seigneur franc Clovis.

Les vikings ont commencé à rafler la vallée de la Seine au milieu du 9e siècle. Dès 841, une flotte viking apparaît à l'embouchure de la Seine, principale voie d'entrée dans le royaume. Après avoir attaqué et détruit des monastères, dont celui de Jumièges, ils profitent du vide de pouvoir créé par la désintégration de l'empire de Charlemagne pour s'emparer du nord de la France. Le fief de Normandie a été créé pour le chef viking Hrólfr Ragnvaldsson, ou Rollo (également connu sous le nom de Robert de Normandie). Rollo avait assiégé Paris, mais en 911, il est devenu le vassal du roi des Francs occidentaux, Charles le Simple, par le traité de Saint-Clair-sur-Epte. En échange de son hommage et de sa fidélité, Rollo a légalement gagné le territoire que lui et ses alliés vikings avaient précédemment conquis. Le nom "Normandie" reflète les origines vikings (c'est-à-dire "Norseman") de Rollo. Aujourd'hui encore, en norvégien, le mot "nordmann" (prononcez "Norman") désigne un Norvégien.

Les descendants de Rollo et de ses disciples ont adopté la langue locale gallo-romaine et se sont mariés avec les habitants gallo-romains de la région. Ils sont devenus les Normands - un mélange normand francophone de Norses et de Francs, Celtes et Romains indigènes.

Le descendant de Rollo, William, est devenu roi d'Angleterre en 1066 après avoir vaincu Harold Godwinson, le dernier des rois anglo-saxons, à la bataille de Hastings, tout en conservant le fief de Normandie pour lui-même et ses descendants.

L'expansion normande

Outre la conquête de l'Angleterre et les invasions ultérieures du Pays de Galles et de l'Irlande, les Normands se sont étendus à d'autres régions. Les familles normandes, comme celle de Tancrède de Hauteville, de Rainulf Drengot et de Guimond de Moulins, ont joué un rôle important dans la conquête du sud de l'Italie et dans les croisades.

La lignée des Drengot, les fils de de Hauteville William Iron Arm, Drogo et Humphrey, Robert Guiscard et Roger le Grand Comte revendiquent progressivement des territoires dans le sud de l'Italie jusqu'à la fondation du royaume de Sicile en 1130. Ils se sont également taillé une place pour eux-mêmes et leurs descendants dans les États croisés d'Asie mineure et de Terre Sainte.

L'explorateur du XIVe siècle Jean de Béthencourt a établi un royaume aux îles Canaries en 1404. Il a reçu le titre de roi des îles Canaries du pape Innocent VII mais a reconnu Henri III de Castille comme son seigneur, qui lui avait apporté une aide militaire et financière lors de la conquête.

XIIIe au XVIIe siècle

En 1204, sous le règne de Jean d'Angleterre, la Normandie continentale a été arrachée à l'Angleterre par la France sous le roi Philippe II. La Normandie insulaire (les îles Anglo-Normandes) est cependant restée sous contrôle anglais. En 1259, Henri III d'Angleterre a reconnu la légalité de la possession française de la Normandie continentale par le traité de Paris. Ses successeurs, cependant, se sont souvent battus pour reprendre le contrôle de leur ancien fief.

La Charte aux Normands accordée par Louis X de France en 1315 (et reconfirmée plus tard en 1339) - comme la Magna Carta analogue accordée en Angleterre au lendemain de 1204 - garantissait les libertés et les privilèges de la province de Normandie.

La Normandie française a été occupée par les forces anglaises pendant la guerre de Cent Ans en 1345-1360 et de nouveau en 1415-1450. La Normandie a perdu les trois quarts de sa population pendant la guerre. Par la suite, la prospérité est revenue à la Normandie jusqu'aux guerres de religion. Lorsque de nombreuses villes normandes (Alençon, Rouen, Caen, Coutances, Bayeux) se joignent à la Réforme protestante, des batailles se déroulent dans toute la province. Dans les îles anglo-normandes, la période de calvinisme qui a suivi la Réforme a été supprimée lorsque l'anglicanisme a été imposé à la suite de la guerre civile anglaise.

Samuel de Champlain quitte le port de Honfleur en 1604 et fonde l'Acadie. Quatre ans plus tard, il fonde la ville de Québec. Dès lors, les Normands se lancent dans une politique d'expansion en Amérique du Nord. Ils poursuivent l'exploration du Nouveau Monde : René-Robert Cavelier de La Salle voyage dans la région des Grands Lacs, puis sur le fleuve Mississippi. Pierre Le Moyne d'Iberville et son frère Lemoyne de Bienville fondent la Louisiane, Biloxi, Mobile et la Nouvelle-Orléans. Des territoires situés entre le Québec et le delta du Mississippi sont ouverts pour établir le Canada et la Louisiane. Les colons de Normandie sont parmi les plus actifs en Nouvelle-France, comprenant l'Acadie, le Canada et la Louisiane.

Honfleur et Le Havre sont deux des principaux ports de traite d'esclaves de la France.

L'histoire moderne

Bien que l'agriculture soit restée importante, des industries telles que le tissage, la métallurgie, le raffinage du sucre, la céramique et la construction navale ont été introduites et développées.

Dans les années 1780, la crise économique et la crise de l'Ancien Régime ont frappé la Normandie ainsi que d'autres parties de la nation, ce qui a conduit à la Révolution française. Les mauvaises récoltes, le progrès technique et les effets de l'accord d'Eden signé en 1786 ont affecté l'emploi et l'économie de la province. Les Normands ont dû faire face à une lourde charge fiscale.

En 1790, les cinq départements de Normandie ont remplacé l'ancienne province.

Le 13 juillet 1793, la Normande Charlotte Corday assassine Marat.

Les Normands réagissent peu aux nombreux bouleversements politiques qui caractérisent le XIXe siècle. Ils acceptent globalement avec prudence les changements de régime (Premier Empire français, Restauration Bourbon, Monarchie de Juillet, Seconde République française, Second Empire français, Troisième République française).

Après les guerres révolutionnaires françaises et les guerres napoléoniennes (1792-1815), on assiste à un renouveau économique qui se traduit par la mécanisation de la fabrication textile et l'introduction des premiers trains.

Avec le tourisme balnéaire au XIXe siècle, l'avènement des premières stations balnéaires.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, à la suite de l'armistice du 22 juin 1940, la Normandie continentale fait partie de la zone d'occupation allemande de la France. Les îles Anglo-Normandes ont été occupées par les forces allemandes entre le 30 juin 1940 et le 9 mai 1945. La ville de Dieppe a été le site du raid de Dieppe, qui a été mené sans succès par les forces armées canadiennes et britanniques.

Les Alliés, dans ce cas impliquant la Grande-Bretagne, les États-Unis, le Canada et la France libre, ont coordonné une accumulation massive de troupes et de fournitures pour soutenir une invasion à grande échelle de la Normandie lors du débarquement du jour J le 6 juin 1944 sous le nom de code "Operation Overlord". Les Allemands ont été retranchés dans des emplacements fortifiés au-dessus des plages. Caen, Cherbourg, Carentan, Falaise et d'autres villes normandes ont subi de nombreuses pertes lors de la bataille de Normandie, qui s'est poursuivie jusqu'à la fermeture de la brèche dite de Falaise entre Chambois et le Mont Ormel. La libération du Havre a suivi. Ce fut un tournant important dans la guerre et conduisit à la restauration de la République française.

Le reste de la Normandie ne fut libéré que le 9 mai 1945, à la fin de la guerre, lorsque l'occupation des îles anglo-normandes prit effectivement fin.

Entre 1956 et 2015, la Normandie a été divisée en deux régions administratives : Basse-Normandie et Haute-Normandie ; les régions ont été fusionnées en une seule région le 1er janvier 2016. La Haute-Normandie (Haute-Normandie) était constituée des départements français de la Seine-Maritime et de l'Eure, et la Basse-Normandie (Basse-Normandie) des départements de l'Orne, du Calvados et de la Manche. 

Géographie

Carte de la Normandie

Le duché historique de Normandie était un ancien duché indépendant occupant la région de la basse Seine, le Pays de Caux et la région à l'ouest à travers le Pays d'Auge jusqu'à la péninsule du Cotentin.

La Normandie occidentale appartient au Massif armoricain, tandis que la majeure partie de la région appartient au Bassin parisien. Les plus anciennes roches de France poussent à Jobourg[9] dans la presqu'île du Cotentin. La région est bordée par la Manche, le long des côtes nord et ouest. On y trouve des falaises de granit à l'ouest et des falaises de calcaire à l'est. Il y a également de longues étendues de plage au centre de la région. Le bocage typique des zones occidentales a posé des problèmes aux forces d'invasion lors de la bataille de Normandie. Une caractéristique notable du paysage est créée par les méandres de la Seine à l'approche de son estuaire.

Le point culminant est le Signal d'Écouves (417m) dans le Massif armoricain.

La Normandie est peu boisée : 12,8% du territoire est boisé, contre une moyenne française de 23,6%, bien que la proportion varie selon les départements. L'Eure est le plus couvert (21%) tandis que la Manche l'est le moins (4%), une caractéristique partagée avec les îles.

Régions

  • L'Avranchin
  • Le Bessin
  • Le Bauptois
  • Le bocage virois
  • La campagne d'Alençon
  • La campagne d'Argentan
  • La campagne de Caen
  • La campagne de Falaise
  • La campagne du Neubourg
  • La campagne de Saint-André (ou d'Évreux)
  • Le Cotentin
  • Le Perche
  • Les Domfrontais ou Passais
  • Les Hiémois
  • Le Lieuvin
  • Les Mortainais
  • Le pays d'Auge, au centre de la Normandie, est caractérisé par d'excellentes terres agricoles.
  • Le pays de Bray
  • Le pays de Caux
  • Le pays d'Houlme
  • Le pays de Madrie, zone située entre la Seine et l'Eure.
  • Le pays d'Ouche
  • Le Roumois et Marais-Vernier
  • La Suisse Normande, au sud, présente un terrain plus accidenté.
  • Le Val de Saire
  • Le Vexin normand

Îles anglo-normandes

  • Le bailliage de Jersey
  • Le bailliage de Guernesey (Fr. Bailliage de Guernesey)

Les îles Anglo-Normandes sont considérées comme faisant partie de la Normandie, culturellement et historiquement. Cependant, elles sont des dépendances de la Couronne britannique et ne font pas partie de la région française moderne de Normandie,

Bien que les Britanniques aient cédé leurs droits sur la Normandie continentale, la France et d'autres possessions françaises en 1801, le monarque du Royaume-Uni conserve le titre de Duc de Normandie en ce qui concerne les îles anglo-normandes. Les îles Anglo-Normandes (à l'exception de Chausey) restent des dépendances de la Couronne britannique à l'époque actuelle. Ainsi, le Toast de la loyauté dans les îles Anglo-Normandes est "La Reine, notre Duc". Il est entendu que le monarque britannique n'est pas le Duc en ce qui concerne la Normandie continentale décrite ici, en vertu du traité de Paris de 1259, de la cession des possessions françaises en 1801 et de la croyance que les droits de succession à ce titre sont soumis à la loi salique qui exclut l'héritage par des héritiers de sexe féminin.

Rivières

Les rivières de Normandie en font partie :

 la Seine et ses affluents :

  • l'Andelle
  • l'Epte
  • l'Eure
  • la Risle
  • le Robec

Et de nombreux fleuves côtiers :

  • la Bresle
  • le Couesnon, qui marque traditionnellement la frontière entre le duché de Bretagne et le duché de Normandie
  • les Plongées
  • l'Orne
  • la Sée
  • la Sélune
  • les Touques
  • la Veules, le plus court fleuve français
  • le Vire

Politique

La région moderne de Normandie a été créée par la réforme territoriale des régions françaises en 2014, par la fusion de la Basse-Normandie et de la Haute-Normandie. La nouvelle région est entrée en vigueur le 1er janvier 2016, après les élections régionales de décembre 2015.

Économie

Le produit intérieur brut (PIB) de la région était de 95,0 milliards d'euros en 2018, représentant 4,0 % de la production économique française. Le PIB par habitant ajusté au pouvoir d'achat était de 25 600 euros, soit 85 % de la moyenne de l'UE27 la même année. Le PIB par employé était de 105 % de la moyenne de l'UE.

Une grande partie de la Normandie a un caractère essentiellement agricole, l'élevage bovin étant le secteur le plus important (bien qu'en déclin par rapport aux sommets atteints dans les années 1970 et 1980). Le bocage est un patchwork de petits champs avec de hautes haies, typiques des régions occidentales. Les zones proches de la Seine (l'ancienne région de Haute-Normandie) contiennent une plus grande concentration d'industries. La Normandie est une importante région productrice de cidre, et produit également du calvados, un cidre distillé ou une eau-de-vie de pomme. Les autres activités d'importance économique sont les produits laitiers, le lin (60 % de la production en France), l'élevage de chevaux (dont deux haras nationaux français), la pêche, les fruits de mer et le tourisme. La région compte trois centrales nucléaires françaises. Il est également facile d'accéder au Royaume-Uni et d'en sortir en utilisant les ports de Cherbourg, Caen (Ouistreham), Le Havre et Dieppe.

Démographie

La région Normandie comptabilisait une population de 3,194,230 habitants en 2019 pour l'ensemble de ses 2651 communes. Les 15 communes les plus peuplées de la régions Normandie totalisent quelque 768,127 habitants, ce qui représente environ 24.0% de la population de la région. Ces 15 communes sont : Havre (76), Rouen (76), Caen (14), Cherbourg-en-Cotentin (50), Évreux (27), Dieppe (76), Saint-Étienne-du-Rouvray (76), Sotteville-lès-Rouen (76), Alençon (61), Grand-Quevilly (76), Vernon (27), Petit-Quevilly (76), Hérouville-Saint-Clair (14), Lisieux (14), Fécamp (76),

En janvier 2006, la population de la Normandie (y compris la partie du Perche située dans le département de l'Orne mais à l'exclusion des îles Anglo-Normandes) était estimée à 3 260 000 habitants avec une densité moyenne de 109 habitants au km², soit un peu moins que la moyenne nationale française, mais qui s'élève à 147 pour la Haute-Normandie.

Les principales villes (population donnée à partir du recensement de 1999) sont Rouen (518 316 dans l'aire métropolitaine), capitale depuis 2016 de la province et anciennement de la Haute-Normandie ; Caen (420 000 dans l'aire métropolitaine) et anciennement capitale de la Basse-Normandie ; Le Havre (296 773 dans l'aire métropolitaine) ; et Cherbourg (117 855 dans l'aire métropolitaine). 

Culture

Drapeau

Le drapeau traditionnel de la province de Normandie, le gueules, deux léopards passant ou, est utilisé dans la région et ses prédécesseurs. La version historique à trois léopards (connue en langue normande sous le nom de "les treis cats") est utilisée par certaines associations et certains individus, notamment ceux qui ont soutenu la réunification des régions et les liens culturels avec les îles anglo-normandes et l'Angleterre. Jersey et Guernesey utilisent trois léopards dans leurs symboles nationaux. Les trois léopards représentent la force et le courage de la Normandie envers les provinces voisines.

L'hymne officieux de la région est la chanson "Ma Normandie". 

Langue

 La langue normande, langue régionale, est parlée par une minorité de la population sur le continent et les îles, avec une concentration dans la péninsule du Cotentin à l'extrême ouest (le dialecte Cotentinais), et dans le Pays de Caux à l'est (le dialecte Cauchois). De nombreux noms de lieux témoignent de l'influence nordique dans cette langue oïl, par exemple -bec (ruisseau), -fleur (rivière), -hou (île), -tot (ferme), -dal ou -dalle (vallée) et -hogue (colline, monticule). Le français est la seule langue officielle en Normandie continentale et l'anglais est également une langue officielle dans les îles anglo-normandes. 

Architecture

Sur le plan architectural, les cathédrales, les abbayes (comme l'abbaye du Bec) et les châteaux normands caractérisent l'ancien duché d'une manière qui reflète le modèle similaire de l'architecture normande en Angleterre après la conquête normande de 1066.

L'architecture domestique en Haute-Normandie est caractérisée par des bâtiments à colombages qui rappellent également l'architecture vernaculaire anglaise, bien que les enclos de fermes du Pays de Caux, plus sévèrement aménagés, soient une réponse plus idiosyncrasique aux impératifs socio-économiques et climatiques. Une grande partie du patrimoine architectural urbain a été détruite pendant la bataille de Normandie en 1944. On peut dire que les reconstructions urbaines d'après-guerre, comme au Havre et à Saint-Lô, démontrent à la fois les vertus et les vices des courants modernistes et brutalistes des années 1950 et 1960. Le Havre, la ville reconstruite par Auguste Perret, a été inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco en 2005.

L'architecture vernaculaire en Basse-Normandie prend sa forme dans le granit, le matériau de construction local prédominant. Les îles anglo-normandes partagent également cette influence : Chausey a été pendant de nombreuses années une source de granit extrait, notamment celui utilisé pour la construction du Mont Saint-Michel.

La partie sud de Bagnoles-de-l'Orne est remplie de villas bourgeoises de style Belle Époque avec des façades polychromes, des bow-windows et une toiture unique. Ce quartier, construit entre 1886 et 1914, présente un authentique style "bagnolese" et est typique des vacances à la campagne de la haute société de l'époque. La chapelle Saint Germanus (Chapelle Saint-Germain) à Querqueville, avec son plan en trèfle, intègre des éléments de l'un des plus anciens lieux de culte chrétien du Cotentin - peut-être le deuxième après le baptistère gallo-romain de Port-Bail. Il est dédié à Germanus de Normandie. 

Gastronomie

Certaines parties de la Normandie sont constituées d'une campagne vallonnée caractérisée par des pâturages pour le bétail laitier et des vergers de pommiers. Une large gamme de produits laitiers est produite et exportée. Parmi les fromages normands, citons le Camembert, le Livarot, le Pont l'Évêque, le Brillat-Savarin, le Neufchâtel, le Petit Suisse et le Boursin. Le beurre de Normandie et la crème de Normandie sont abondamment utilisés dans les spécialités gastronomiques.

Le turbot et les huîtres de la péninsule du Cotentin sont des délices majeurs dans toute la France. La Normandie est la principale région ostréicole, exportatrice de coquilles Saint-Jacques et mytilicole de France.

La Normandie est une grande région productrice de cidre (très peu de vin est produit). Le poiré est également produit, mais en quantités moins importantes. L'eau-de-vie de pomme, dont la variété la plus connue est le calvados, est également très appréciée. Le trou normand est une pause entre les repas où l'on prend un verre de calvados pour se mettre en appétit et faire de la place pour le prochain plat, ce que l'on observe encore dans de nombreux foyers et restaurants. Le pommeau est un apéritif produit par le mélange de cidre non fermenté et d'eau-de-vie de pomme. Un autre apéritif est le kir normand, une mesure de crème de cassis complétée par du cidre. La Bénédictine est produite à Fécamp.

Parmi les autres spécialités régionales, citons les tripes à la mode de Caen, les andouilles et andouillettes, la salade cauchoise, l'agneau pré-salé, les fruits de mer (moules, coquilles Saint-Jacques, homards, maquereaux...), et la teurgoule (riz au lait épicé).

Les plats normands comprennent le canard à la rouennaise, le poulet yvetois sauté, et l'oie en daube. Le lapin est cuit aux morilles, ou à la havraise (farci au pied de porc truffé). Les autres plats sont les pieds de mouton à la rouennaise, le veau casseroled, le foie de veau sauté braisé aux carottes, et le veau (ou la dinde) à la crème et aux champignons.

La Normandie est également réputée pour ses pâtisseries. La Normandie produit des douillons, des craquelins, des roulettes à Rouen, des fouaces à Caen, des fallues à Lisieux, des sablés à Lisieux. C'est le berceau des brioches (notamment celles d'Évreux et de Gisors). La confiserie de la région comprend le sucre aux pommes de Rouen, les caramels d'Isigny, les mousses à la menthe de Bayeux, les berlingots de Falaise, les massepains du Havre, les croquettes d'Argent et les macarons de Rouen.

La Normandie est la terre natale de Taillevent, cuisinier des rois de France Charles V et Charles VI. Il a écrit le premier livre de cuisine française, Le Viandier. La confiture de lait a également été fabriquée en Normandie vers le 14e siècle. 

Littérature

Les ducs de Normandie ont commandé et inspiré une littérature épique pour enregistrer et légitimer leur règne. Wace, Orderic Vitalis et Étienne de Rouen comptent parmi ceux qui ont écrit au service des ducs. Après la division de 1204, la littérature française a servi de modèle au développement de la littérature en Normandie. Olivier Basselin a écrit sur les Vaux de Vire, à l'origine du vaudeville littéraire. Parmi les écrivains normands les plus connus, citons Jean Marot, Rémy Belleau, Guy de Maupassant, Jules Barbey d'Aurevilly, Gustave Flaubert, Octave Mirbeau, Rémy de Gourmont et Alexis de Tocqueville. Les frères Corneille, Pierre et Thomas, nés à Rouen, sont de grandes figures de la littérature classique française.

David Ferrand (1591-1660), dans sa Muse Normande, a établi un point de repère dans la littérature de langue normande. Aux XVIe et XVIIe siècles, les ouvriers et les marchands rouennais ont établi une tradition de littérature polémique et satirique dans une forme de langage appelée le parler purin. À la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, un nouveau mouvement a vu le jour dans les îles anglo-normandes, sous l'impulsion d'écrivains tels que Georges Métivier, qui a déclenché une renaissance littéraire sur le continent normand. En exil à Jersey puis à Guernesey, Victor Hugo s'intéresse à la littérature vernaculaire. Les Travailleurs de la mer est un roman bien connu de Hugo qui se déroule dans les îles anglo-normandes. L'essor de la littérature insulaire au début du XIXe siècle a encouragé la production notamment à La Haye et autour de Cherbourg, où Alfred Rossel, Louis Beuve et Côtis-Capel sont devenus actifs. Le moyen d'expression littéraire typique en Normandie a traditionnellement été les colonnes de journaux et les almanachs. Le roman Zabeth d'André Louis, paru en 1969, a été le premier roman publié en normand. 

Peinture

La Normandie a une riche tradition de peinture et a donné à la France certains de ses artistes les plus importants.

Au XVIIe siècle, certains des plus grands peintres français étaient des Normands comme Nicolas Poussin, né aux Andelys, et Jean Jouvenet.

Le romantisme a attiré les peintres sur les côtes de la Manche en Normandie. Richard Parkes Bonington et J. M. W. Turner ont traversé la Manche depuis la Grande-Bretagne, attirés par la lumière et les paysages. Théodore Géricault, originaire de Rouen, est une figure marquante du mouvement romantique, son célèbre Radeau de la Méduse étant considéré comme la percée du romantisme pictural en France lorsqu'il est officiellement présenté au Salon de 1819. La tendance réaliste concurrente était représentée par Jean-François Millet, natif de La Hague. Le peintre paysagiste Eugène Boudin, né à Honfleur, a eu une influence déterminante sur les impressionnistes et a été très estimé par Monet.

Rompant avec les thèmes plus formalisés et classiques du début du XIXe siècle, les peintres impressionnistes préféraient peindre en plein air, à la lumière naturelle, et se concentrer sur les paysages, les villes et les scènes de la vie quotidienne.

Leader du mouvement et père de la peinture moderne, Claude Monet est l'un des impressionnistes les plus connus et un personnage majeur du patrimoine artistique de la Normandie. Sa maison et ses jardins à Giverny sont l'un des sites touristiques majeurs de la région, très visités pour leur beauté et leurs nénuphars, ainsi que pour leur importance dans l'inspiration artistique de Monet. La Normandie a été au cœur de sa création, des peintures de la cathédrale de Rouen aux célèbres représentations des falaises d'Etretat, de la plage et du port de Fécamp et du lever du soleil au Havre. C'est l'Impression, le Lever du soleil, le tableau du Havre de Monet, qui a conduit à ce que le mouvement soit appelé impressionnisme. Après Monet, tous les principaux peintres d'avant-garde des années 1870 et 1880 sont venus en Normandie pour peindre ses paysages et ses lumières changeantes, se concentrant le long de la vallée de la Seine et de la côte normande.

Des paysages et des scènes de la vie quotidienne ont également été immortalisés sur toile par des artistes tels que William Turner, Gustave Courbet, le Honfleurois Eugène Boudin, Camille Pissarro, Alfred Sisley, Auguste Renoir, Gustave Caillebotte, Paul Gauguin, Georges Seurat, Paul Signac, Pierre Bonnard, Georges Braque et Pablo Picasso. Si l'œuvre de Monet orne les galeries et les collections du monde entier, on trouve une quantité remarquable d'œuvres impressionnistes dans des galeries de toute la Normandie, comme le musée des Beaux-Arts de Rouen, le musée Eugène Boudin de Honfleur ou le musée André Malraux du Havre.

Maurice Denis, l'un des chefs de file et théoriciens du mouvement nabis dans les années 1890, est originaire de Granville, dans la Manche.

La Société Normande de Peinture Moderne a été fondée en 1909 par Pierre Dumont, Robert Antoine Pinchon, Yvonne Barbier et Eugène Tirvert. Parmi ses membres, on trouve Raoul Dufy, originaire du Havre, Albert Marquet, Francis Picabia et Maurice Utrillo. Les frères Duchamp, Jacques Villon et Marcel Duchamp, considérés comme l'un des pères de l'art moderne, également originaires de Normandie, font également partie de ce mouvement. Jean Dubuffet, l'un des principaux artistes français des années 1940 et 1950, est né au Havre. 

Religion

Les missionnaires chrétiens ont implanté des communautés monastiques sur le territoire aux 5e et 6e siècles. Certains de ces missionnaires venaient de l'autre côté de la Manche. L'influence du christianisme celtique se retrouve encore dans le Cotentin. Aux termes du traité de Saint-Clair-sur-Epte, Rollo, un païen viking, accepte le christianisme et se fait baptiser. Le duché de Normandie est donc formellement un État chrétien depuis sa fondation. Les cathédrales de Normandie ont exercé une influence au fil des siècles, tant en matière de foi que de politique. Le roi Henri II d'Angleterre a fait pénitence à la cathédrale d'Avranches le 21 mai 1172 et a été absous des censures encourues par l'assassinat de Thomas Becket. Le Mont Saint-Michel est un lieu de pèlerinage historique.

La Normandie n'a pas de saint patron généralement reconnu, bien que ce titre ait été attribué à Saint-Michel, et à Saint-Ouen. De nombreux saints ont été vénérés en Normandie au cours des siècles, notamment :

  • Aubert, dont on se souvient comme le fondateur du Mont Saint-Michel
  • Marcouf et Laud qui sont des saints importants en Normandie
  • Helier et Samson de Dol qui sont des évangélisateurs des îles anglo-normandes
  • Thomas Becket, un anglo-normand dont les parents étaient originaires de Rouen, qui a fait l'objet d'un culte considérable en Normandie continentale à la suite de son martyre
  • Jeanne d'Arc, martyrisée à Rouen, et dont on se souvient particulièrement dans cette ville
  • Thérèse de Lisieux, dont le lieu de naissance à Alençon et plus tard la maison à Lisieux sont un centre d'intérêt pour les pèlerins religieux.
  • Germanus de Normandie

Depuis la loi française de 1905 sur la séparation des Églises et de l'État, il n'y a plus d'église établie en Normandie continentale. Dans les îles anglo-normandes, l'Église d'Angleterre est l'Église établie. 

Les départements de la région Normandie

Les 5 départements de la région Normandie :



Le logo Normandie

Logo de la région Normandie

Drapeau Normandie

Drapeau de la région Normandie

Blason Normandie

Blason de la région Normandie
Twitter Facebook Google Plus Linkedin
Sélectionner une région :
Sélectionner un département :